Hercule se refait une santé à Tanger

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Hercule se refait une santé à Tanger, et s’il s’est acquitté de ses 1é travaux d’antan avec beaucoup de maestria, pour le 13ème, il n’a pas fait dans la dentelle ! Entre temps, Homère s’étant retiré de la presse olympique, nous nous sommes vus obligés de nous inscrire au syndicat de la mythologie pour rendre à césar ce qui est à majesté du losange.  Exception, cette fois, l’odyssée sera écrite en Molière contemporain, car votre serviteur n’est pas très fort en Grec, et puis Renault n’est pas d’Athènes mais de l’Ile de France.

Je décode. Hier, à Tanger, le Roi du Maroc ainsi que Carlos Ghosn, PDG de Renault et de Nissan, ont procédé à l’inauguration de la plus grande usine automobile au sud de la Méditerranée. Un projet Herculéen, en amont et en aval, car autant les fonds injectés dedans sont colossaux, autant son rendu se fait sentir d’entame. En effet l’usine n’avait même pas encore démarré sa production, que d’ores et déjà, 13 équipementiers internationaux se sont installé dans son sillage pour accompagner la synergie créée par son mouvement de fond, comme de forme. Plus loin, cette unité industrielle d’appoint, a engendré plusieurs leviers de développement social et économique, à travers la création d’emplois directs et indirects. Dans ce sens, une collaboration étroite entre Renault et l’Etat Marocain a permis de créer un Institut de Formation aux Métiers de l’Industrie Automobile (IFMIA), premier du genre au Royaume et en Afrique.

Parlons chiffres, maintenant. L’usine de Renault-Nissan de Tanger, c’est quelque chose comme un Milliard d’euros d’investissement, donnant lieu à une capacité de production de 400000 véhicules/an, avec à la clé, la mobilisation de plus de 6000 emplois d’ici à 2015 et un flux d’échanges commerciaux de 3,5 Milliards d’euros entre le Maroc et l’union Européenne, à terme. More over, ce sont, pas moins de 30000 emplois indirects, qui seront créés, grâce l’effet d’entrainement, par les opérateurs intervenant dans le chenal de cette usine, ainsi que le tissu de sous-traitants locaux. Ce n’est, donc, pas par hasard que Carlos Ghosn a déclaré que : « Renault et Nissan partagent avec le Royaume du Maroc de grandes ambitions de développement industriel. Grâce à l’engagement de Renault et de ses partenaires, et au soutien sans faille du gouvernement marocain, notre usine est en bonne voie de devenir une nouvelle référence de l’industrie automobile mondiale. »

La «success Story » de Renault, continue donc, 80 ans après sa première venue au Maroc et de plus belle. La dernière inauguration d’une usine de Renault date de 1998 au Brésil, 14 ans plus tard, le brésil est la sixième puissance économique mondiale, gageons donc…Le Maroc n’est pas le Brésil, certes, oui mais la seule différence est que eux ils ont eu Ronaldinho!

 

Rédigé par Blogger anonyme

Advertisements
This entry was posted in entrepreneuriat, les invité(e)s-contributeurs and tagged , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s