Un numéro pas comme les autres

Non, je n’ai pas besoin d’un an après pour écrire en ton hommage

Non, j e n’ai pas besoin de passer prés de chez toi pour penser à toi

Il me suffit de tomber sur ton nom par hasard sur mon répertoire

Même moins, ou plutôt rien, ça m’arrive juste comme ça

Non, je ne te parle pas, pourtant si tu m’entends ? Je ne le sais pas

Je ne t’écris pas non plus parce que si tu me lis ? Je ne le sais pas non plus

Je pense à toi et ne t’en fais pas, je suis très heureux

Je pense à nos fous rires, et nos moments à deux

A ces moments où on se foutait de n’importe quoi, à commencer par le moi

C’est la qu’on se rend compte que l’amitié c’est des valeurs qu’on partage

On riait de tout, on disait que rien n’est dramatique, même pas un drame, même pas la mort….comme quoi….

Je n’ai pas pu te dire au revoir, comme dirait la chanson « ce n’est qu’un au revoir »

Je te dirais même à un de ces jours

Parce que j’aime la vie en n’ayant rien contre la mort

 

Je l’aime tellement,  que je la vivrai doublement et plus intensément pour toi et pour moi

Hé, tu vois, ça me fait sourire, malgré moi, j’ai fini par t’écrire. Comme toujours, je dirai au moins que j’ai essayé

Allah yerhmek

Advertisements
This entry was posted in Coups de coeur, Reflexions. Bookmark the permalink.

14 Responses to Un numéro pas comme les autres

  1. kb says:

    très touchant Nabil….

    • nezha says:

      LA PARADE

      Elle passe la belle parade, nous défilons au pas,
      Bousculant le temps, dans une fanfaronnade paisiblement folle.
      Je choisi de parader avec les miens en costume de fête,
      Je les accompagne dans ce bain de foule houleux mais chaud.
      Nous paradons main dans la main
      La parade marche vers le phare de la cité.
      Les bâtisseurs du temps paradent.
      Je choisi de bâtir avec eux le temps perdu.
      NOUS marchons vers le phare un peu rongé par les déferlements de l’océan.
      Le phare n’éclaire plus ,
      Les marins et leurs bateaux perdent leur cap.
      LA PARADE marche vers le phare de la cité.
      JE choisi d’aider les marins, ils ne me connaissent pas les marins.
      LE phare qui les connait mieux , ne les éclaire plus.
      Ce phare encré dans le roc, semble défaillir aux tempêtes de la nature.
      La parade marche vers le phare en détresse.
      Les bâtisseurs des temps bravent la nature.
      LA PARADE rejoint le phare pour maintenir le cap des marins,
      Ni les tempêtes, ni le temps, ni les déferlements de mère nature,
      Ne retiennent la parade dans une bulle d’indifférence.
      Elle marche cette parade au pas , la tète haute.
      Même un phare sur son socle en roc peut perdre le nord
      LES bâtisseurs du temps le retrouveront pour lui.
      La parade défile sans slogans sans tintamarre !
      Les slogans parasitent les nobles œuvres.
      Une parade peut sauver un phare, sans le remplacer
      Une parade marche vers le phare de la cité !
      Elle veut s’associer en osmose symbiotique avec le phare de la cité.
      La pensée citoyenne dans une osmose biologiquement saine
      Une devise sans slogans hués d’un bahut en tintamarre !
      La parade n’est point une secte ,
      La parade est une marche vers le phare en détresse.
      La parade dans ses couleurs en arc en ciel , avance .
      Son silence éloquent semble être indéchiffrable,
      La valeur des chiffres ,n’a pas de couleurs .
      Les valeurs sont dans l’instinct des bâtisseurs du temps.
      La parade rejoint le phare sur son socle de roc .
      La parade ne ment pas .
      Elle ne s’enlise pas , elle ramène la raison dans sa marche .
      La parade veut rejoindre les marins perdus dans les brouhahas des vagues.
      Le dressoir des seigneurs a omis de rallumer les instincts de l’homme !
      La parade défile sans penser aux termes galvaudés dans le technicolor synthétique !
      Les bâtisseurs des temps sont des artistes qui s’inventent de réelles couleurs
      La parade rejoint le phare en veilleuse, qu’elle espère raviver d’une lueur angélique
      Le cap doit être maintenu, la parade redresse les tons !

      OUALI NEZHA

  2. ouchagour says:

    Merci Khalid

  3. sans importance says:

    Je compatis pour la perte de cet être si cher à ton coeur. Les mots manquent face à la fin ultime, mais on sent une sensibilité inavouée, la crainte de ne pas avoir été à la hauteur de cet être lors de son vivant, et que quoique vous ayez passés comme moments mémorables, ce n’est jamais assez maintenant qu’il n’est plus là…mes sincères condoléances.

  4. ouchagour says:

    Merci

  5. Youness says:

    Tres touchant… Allah yrehnou.

    J’ai l’impression qu’il est toujours parmis nous, j’arriverai jamais a assimiler son départ. Nous sommes a dieu et a lui nous retournerons!

    Merci Nabil pour ces mots soigneusement élaborés.

  6. tarik says:

    i get filled with emotions when i see our friend’s number or email address in my address book..
    ur poem really touched me.. thanks for writting it

  7. Faycal says:

    Il aimait bien l’humour. Et pour faire honneur à cette qualité qu’il avait, je raconterai ici une anecdote :
    Le premier jour de l’année scolaire au lycée Mouley Youssef, il s’asseyait juste devant moi, devant lui quelques crayons de couleur et une feuille sur laquelle il avait tracé son emploi du temps. Sur la feuille, on pouvait lire clairement en lettres arabes:
    الإثنين، الثلاثاء، اﻷربعاء، اﻷخمساء، اﻷجمعاء
    Je ne le connaissais pas encore, mais il m’avait déjà fait cadeau indirectement de quelque chose de spécial.
    Les jours se sont passés et une amitié s’est lentement tissée entre nous. Je me rappelle encore des jours où je passais chez lui pour qu’il me file les cours de maths/physique. Ma vie aurait bien pris une autre tournure sans lui, comme toutes les autres personnes qui laissent leurs traces sur nous et auxquels on pense parfois sans savoir ce qu’ils sont devenus et ce qu’ils sont en train de faire au moment où on pense à eux. La vie de chacun est marquée par les rencontres avec les personnes qu’il croise au long de ce périple qu’est la vie. Si âme il y a, que la sienne soit en repos, car il a su apporté du bonheur et quelque chose de positif à cette vie (la mienne y comprise). Je lui suis reconnaissant de sa bonté et de sa gentillesse. Je voudrais lui dire : Merci, merci de tout mon cœur !

  8. Najat says:

    lah yra7mo meskin il était incroyable

  9. bilal nadri elmahjoubi says:

    allah yrahmo w irham jami3 moslimin, inna lilah wa inna ilayhi laraji3one .
    mes sincères condoléances khoti

  10. narjis says:

    Llah yr7mou. Mes condoleances pour sa famille et ses amis

  11. nezfa says:

    salam
    je ne pourrai dire autre chose !mais je voudrais bien !
    quand je lis , je rentre en motion , dans l’autre et parfois dans un mur !!!aussi
    mais , là je lis et je relis c’est beau et ça me rappelles des phrases ! des nuit blanches des nuits noires très obscures aussi
    nezh

  12. nezfa says:

    nezha te dit en parole et c’est une béliére en délire qui parle !
    LA PARADE

    Elle passe la belle parade, nous défilons au pas,
    Bousculant le temps, dans une fanfaronnade paisiblement folle.
    Je choisi de parader avec les miens en costume de fête,
    Je les accompagne dans ce bain de foule houleux mais chaud.
    Nous paradons main dans la main
    La parade marche vers le phare de la cité.
    Les bâtisseurs du temps paradent.
    Je choisi de bâtir avec eux le temps perdu.
    NOUS marchons vers le phare un peu rongé par les déferlements de l’océan.
    Le phare n’éclaire plus ,
    Les marins et leurs bateaux perdent leur cap.
    LA PARADE marche vers le phare de la cité.
    JE choisi d’aider les marins, ils ne me connaissent pas les marins.
    LE phare qui les connait mieux , ne les éclaire plus.
    Ce phare encré dans le roc, semble défaillir aux tempêtes de la nature.
    La parade marche vers le phare en détresse.
    Les bâtisseurs des temps bravent la nature.
    LA PARADE rejoint le phare pour maintenir le cap des marins,
    Ni les tempêtes, ni le temps, ni les déferlements de mère nature,
    Ne retiennent la parade dans une bulle d’indifférence.
    Elle marche cette parade au pas , la tète haute.
    Même un phare sur son socle en roc peut perdre le nord
    LES bâtisseurs du temps le retrouveront pour lui.
    La parade défile sans slogans sans tintamarre !
    Les slogans parasitent les nobles œuvres.
    Une parade peut sauver un phare, sans le remplacer
    Une parade marche vers le phare de la cité !
    Elle veut s’associer en osmose symbiotique avec le phare de la cité.
    La pensée citoyenne dans une osmose biologiquement saine
    Une devise sans slogans hués d’un bahut en tintamarre !
    La parade n’est point une secte ,
    La parade est une marche vers le phare en détresse.
    La parade dans ses couleurs en arc en ciel , avance .
    Son silence éloquent semble être indéchiffrable,
    La valeur des chiffres ,n’a pas de couleurs .
    Les valeurs sont dans l’instinct des bâtisseurs du temps.
    La parade rejoint le phare sur son socle de roc .
    La parade ne ment pas .
    Elle ne s’enlise pas , elle ramène la raison dans sa marche .
    La parade veut rejoindre les marins perdus dans les brouhahas des vagues.
    Le dressoir des seigneurs a omis de rallumer les instincts de l’homme !
    La parade défile sans penser aux termes galvaudés dans le technicolor synthétique !
    Les bâtisseurs des temps sont des artistes qui s’inventent de réelles couleurs
    La parade rejoint le phare en veilleuse, qu’elle espère raviver d’une lueur angélique
    Le cap doit être maintenu, la parade redresse les tons !

    OUALI NEZHA

  13. nezha says:

    desoléé j’ai encore perdu mes lunettes !!!!!!!!!!!!!!nezha!!!!!!
    m’éclairer en chandelles m'”éclairera!!!! et me persuader de ne pas négliger mes lunettes me flambera

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s