Un homme de mots

«Je suis un être humain sensible, intelligent, affligé de l’âme d’un clown qui me force toujours à tout gâcher aux moments les plus importants… » telle était la définition que se donnait Jim Morrison lui-même.

Jim Morrison est plus un poète qu’un chanteur. Extraits de « Morrison écrits » de Christian Bourgois éditeur, en commençant par le plus frimouce :

 

You make me real

 

I really want you, really do.

Really need you, baby, god know I do.

‘Cause i am not real enough without you.

Oh, what can I do?

 

You make me real

You make me feel like lovers feel.

You make me throw away mistaken misery.

Make me free, love, make me free.

 

You make me real.

Only you have that appeal.

So let me slide into your tender sunken sea.

Make me free, love, make me free.

 

…………………..

 

Can you dig it.

My meat is real.

My hands-how they move balanced like lithe demons

My hair-so twined & writhing

The skin of my face-pinch the cheeks

My flaming sword tongue

Spraying verbal fire-flys

I’m real.

I’m human but I’m not an ordinary man

No No No

 

…………………

 

Time works like acid

Stained eyes

You see time fly

 

The face changes as the heart beats

&breathes

 

We are not onstant

We are an arrow in flight

The sum of the angles of change

 

Her face changed in the car

Eyes &skin & hair remain

The same. But a hundred similar

Girls succeed each other

 

………

 

Traduit en français : Interchangeable

 

Je vis ici et je vis là,

Je vis partout dans la ville.

J’ai eu du fric, j’ai été sans ;

J’ai eu du fric, j’ai été sans ;

Mais je n’ai jamais été trop fauché pour quitter la ville.

 

Je suis interchangeable, regardez-moi changer ;

Je suis interchangeable, regardez-moi changer.

Je suis l’air que vous respirez, la nourriture que vous mangez,

Les amis que vous saluez dans la rue grouillante.

Regardez-moi changer, regardez-moi changer.

 

Je quitte la ville par le train de minuit,

Voulez me voir changer,

Changer, changer, changer,

Changer, changer, changer.

 

……………..

 

Traire votre moustache ?

Ou moudre une fleur ?

J’en ai assez des visages austères

Qui me fixent du haut de leur tour de

Télé. Je veux des roses dans

La tonnelle de mon jardin ; pigé ?

 

 

……………

 J’ai découvert grâce à ce recueil que Jim à voyagé au Maroc 3 mois avant sa mort en avril-Mai 1971.

« Il y a le connu et l’inconnu, et entre les deux il y a les portes… » À partir de là est né le groupe « Doors ». 

Pour moi, la vie est un chemin où on croise pleins de portes, on toque quelques unes, on en ouvre beaucoup, après on les ferment soit pour rester à l’intérieur soit pour repartir…

Advertisements
This entry was posted in Art, Coups de coeur and tagged , , , . Bookmark the permalink.

4 Responses to Un homme de mots

  1. Dalyna says:

    hello,

    Je ne savais pas que tu avais un blog, merci pour ces extraits de la poésie Morrison!

  2. Moustapha.H says:

    Arthur Rimbaud a beaucoup influencé la poésie de jim morisson aussi……

  3. CarpeDiem-CarpeHoram says:

    Merci de rendre hommage à cette légende vivante! Ce cultissime poète, mort trop jeune. Il avait dis avant sa mort : “Dans la vie, j’ai eu le choix entre l’amour, la drogue et la mort. J’ai choisi les deux premières et c’est la troisième qui m’a choisi…”.

    Pour l’anecdote, avec des potes (2) tous mordus de “Jim” on lui a rendu hommage à notre façon, loin d’être orthodoxe, je dois le reconnaitre, pour un endroit comme Père la Chaise….on a fini l’hommage étant une vingtaine avec la complicité des vigiles..

    A EB

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s