NOTRE GENERATION

 

(Vous recommande de lire tout en écoutant la chanson ! si vous le souhaitez…)

Une chanson sans prétentions, avec des paroles simples…mais vrai la plupart du temps….et un petit ton ironique pour l’humour.

« hal vista ou tchoumira, hal caviar ou lkoumira, ha limousine ou lkrwila, koulchi fi casa… »

On y parle des contrastes de Casablanca mais c’est avant tout un dialogue entre deux générations représentées par Sy Mehdi et hassan El Fed.

Cet échange m’a fait poser des questions sur notre génération : qui sommes-nous ? Quels sont nos atouts ? Que souhaitons-nous pour l’avenir ?

Aux Etats-Unis et en Europe, on étudie de prés cette génération appelée Y en contraste à la génération X. Vous découvrirez ci-bas, des notions intéressantes concernant les « Whyers » :

Définition

Le terme de “Génération Y” désigne les personnes nées entre la fin des années 70 et le milieu des années 90. Elle tire son nom de la génération précédente, nommée génération X. D’autres termes équivalents existent : “enfants du millénaire” ou “net génération” (leurs parents sont souvent des baby boomers).

Un « Whyers » est une personne qui veut être reconnue pour ce qu’elle est, ses idées, aspirations… et pas simplement ce qu’elle fait et ses résultats.

Management

Les jeunes aujourd’hui ont deux attentes essentielles : un besoin de considération et de réciprocité. Ils prônent l’équité entre ce qu’ils pensent donner et devoir recevoir de la part de l’entreprise…

Une nouvelle génération arrive sur le marché du travail, dont le comportement risque de bouleverser complètement les codes de l’entreprise : la génération Y. Cette génération dite ” Génération millénaire ” ou ” MeeWee (Moi-Nous) Génération ” aime les horaires flexibles, les évaluations, les primes, les programmes de développement de carrière, les jours de congés supplémentaires, refuse toute forme de hiérarchie ainsi que les tensions.

« La loyauté à l’égard de l’entreprise s’est perdue en même temps que la notion de carrière, constate Richard Delaye, directeur du réseau d’écoles de commerce DGC. Les jeunes diplômés choisissent un job en fonction de ce qu’il leur apporte. Si la promesse de départ n’est pas tenue, ils n’hésitent pas à quitter l’entreprise rapidement pour trouver ailleurs un employeur plus fiable. »

Selon l’enquête MobiCadres, la durée moyenne en poste des moins de 35 ans n’était que de 2,7 ans en 2007. Adeptes des missions courtes, capables de changements instantanés si le job ne leur convient pas, ils n’en sont pas moins impliqués dans leur travail. Car, au bout du compte, cette succession d’expériences vise à décrocher un jour un boulot qui les passionne et contribue à leur épanouissement personnel.

Couple

La génération Y est aussi sélective dans ses choix de partenaire que d’employeur. Et il semble que cela leur réussisse !

Le nombre de divorces sur le déclin ou stagnant dans le monde (en France selon l’Insee : de 155 000 divorces en 2005 et 139 000 en 2006 nous étions en 2007 à 120 000 divorces– le même taux qu’en chine : 1,5‰). Le taux de natalité progresse, même dans les pays développés (la France et les Etats -Unis ont retrouvé leur taux de natalité de 1970 avec respectivement 2,0 et 2,1 enfants par femme).

Mais voilà. Hommes et femmes attendent de plus en plus longtemps avant de passer devant le maire. Enfin, s’ils décident d’officialiser leur union.

Politique

La “Génération Y” américaine  (née à partir des 1980) vient de faire une entrée fracassante dans le monde politique et dans le monde tout court.

Son vote massif en faveur d’Obama a été décisif pour faire élire le premier président noir des Etats-Unis. Le phénomène est intéressant à plus d’un titre.

Premièrement, il met à mal les clichés dépeignant les jeunes  américains  comme apolitiques, individualistes et  ignorants. Par leur formidable mobilisation lors du vote mais aussi dans la phase de campagne, les jeunes américains ont démontré leur volonté de s’engager et de défendre  un idéal collectif. 

————————————————————————————————————————————–

Cogito

Qu’en est-il du Maroc ? De quoi rêvent ces personnes nées entre le milieu des années 70 et le milieu des années 90 ? Quelles sont ses aspirations individuelles et collectives? A-t-on une réponse à ces questions, pouvons-nous les synthétiser en quelques pages comme ci-dessus ?

L’origine du problème on le sait, un manque de sociologues et anthropologues parmi notre génération capable d’analyser ça de manière «  scientifique » et lancer les débats sur des sujets pointus dans ce domaine.

Sans prétention de pouvoir prendre le rôle de ces spécialistes, chacun de nous faisant partie de cette génération peut faire des constats de ses observations :

En ce qui me concerne, je vois une génération qui après avoir grandi dans la découverte permanente de l’autre, après avoir voyagé, étudié à l’étranger, je vois une génération qui revient vers ses origines, sa source, je vois une génération qui rêve d’un weekend à Paris comme elle peut rêver d’un weekend à Essaouira ou à Dakhla.

Une génération qui n’a aucun complexe à mixer ce qu’il y a de mieux à l’étranger avec sa propre identité. La preuve en est l’incroyable succès de ses groupes marocains, qui malgré les difficultés qu’ils vivent, attirent une foule énorme.

Cette génération, je l’appellerais la « GENERATION M » : M comme Maroc, M comme modernité.

Cette génération n’hésite pas à lancer des concepts innovants et novateurs, quitte à se lancer dans des paris fous ,  une génération qui se spécialise et bien d’autres

Ce sont de très bons indices pour l’avenir de notre pays, on pourrait citer des centaines d’initiatives comme ça, mais c’est encore mieux de savoir ce que nous voulons tous, ce qui nous est commun….notre génération a besoin d’hommes et de femmes capables de traduire sur le terrain les désirs des EMMERS, et d’aider à construire le Maroc de demain à travers la gestion de la chose publique …. Pour cela, engagez-vous !

Et pour ceux qui ne sont pas intéressés, il n’y a pas mieux qu’un classique :

 

 

 

Advertisements
This entry was posted in Coups de coeur, Reflexions and tagged , , , , , . Bookmark the permalink.

12 Responses to NOTRE GENERATION

  1. Pingback: La génération Y au Maroc | Generation Y 2.0

  2. kawthar says:

    Salut nabil, j ‘ai particulièrement aimé ton article, car mis à part les concepts que l’on nous sert à toutes les sauces, visant à décrire la génération Y, ses aspirations, ses attentes… tu as essayé d’adapter ça au Maroc, à cette génération qui fera l’avenir de ce pays. Il serait intéressant de pousser la réflexion plus loin. Je peux me joindre à toi et tenter de décrypter ce que tu appelles la génération M. Je me permets de proposer ce sujet aux membres de mon groupe, pour poser les bases d’une étude plus globale et plus poussée. Qu’en penses-tu?
    Bon courage, j’adore ce que tu écris 😉

  3. ouchagour says:

    Benjamin, ton passage me fait plaisir parce que j’ai decouvert la génération Y à travers ton blog : http://www.generationy20.com , restons en contact pour dechiffrer notre génération 🙂

    @Kawthar : merci et on fonce comme tjrs 😉

  4. hatim says:

    Très sympa l’article 🙂
    Mais un peu trop “théorique”: une génération M?
    C’est laquelle?
    – jeunes diplômés marocains ayant voyagé et connu d’autres cultures?
    – jeunesse dorée marocaine qui regénére ce que les parent ont déjà généré?
    – jeunesse en perte d’identité qui passe sont emps ds les cyber et sur internet pour se chercher une identité?
    – jeunesse qui aspire à un retour aux sources en se confinant dans le religieux?
    – jeunesse perdue dans nos facs stériles qui déforment plus qu’elles ne forment?
    – jeunesse de la rue, qui vend des kleenex et des chewing gum?
    – jeunesse qui cultive nos terres dans les campagnes et ki ne se doute meme pas de lexistence de facebook?

    Etc etc…effectivement un sociologue ou anthroplogue pourrait travailler sur notre structure générationnelle…un travail qui prendrait quelques années (une quinzaine…presque suffisante pour prendre du recul)

    Alors jeunesse X; Y ou Z…moi je dirais surtout qu’il y a au Maroc 26 jeunesses de A à Z! à notre détriment ou notre grande fortune…tu peux y répondre dans un autre billet Nabil:)

  5. ouchagour says:

    exactement, il ya une jeunesse Marock et une jeunesse Casanegra, il ya surtout beaucoup entre les 2, toutes aussi différentes l’une que l’autre et l’objectif justement est de savoir les points communs de ces 26 jeunesses, comme tu les as apellés :))

  6. hatim says:

    Oui mais attends je rectifie: on compte 26 ou 28?
    Alphabet arabe ou francais? 🙂

  7. zaynab says:

    La jeunesse marocaine se cherche, divisée par ses contradictions. Tiraillée par une modernité virtuelle et une réalité conservatrice, elle persiste a bricoler son identité.

  8. lixy says:

    Joli billet.

    Mais bon, tes “concepts innovants et novateurs”, 8adra khawya!

  9. ouchagour says:

    @Zaynab : tu las bien dis, “bricolage” il serait temps que cette identité soit forgée et bien définie

    @Lixy : Merci .

    Pour les concepts, c’est ton avis, le mien est completement different,

    les projets ne sont pas fait pour plaire a tou tle monde, chacun sa cible, tu en fais pas partie peut etre

    pour ceux qui veulent suivre de quoi on parle, les liens ci-dessous :

    http://bedomag.com/

    http://casaprojecta.over-blog.com/

  10. Yugurta says:

    G eu beau chercher, Cher ami, je ne vois de “jeunesse” nulle part.
    Ce terme a toujours signifé “Génèse” de nouveaux comportements et aspirations.
    Aujourd’hui, les populations en “bas âge” ne sécrètent plus leurs propres normes.
    Pire, elles s’accomodent vite de modèles standardisés et confortables en réfutant à quiconque le droit d’en juger.
    Quid de l’instinct de rébellion ?
    J’ose dire que les “jeunes” ont accepté une corruption précoce qui force leurs aînés à ne pas compter sur une quelconque relève.
    De toutes façons, avec toutes ces affections chroniques, les bébés passent directement à l’âge adulte.
    Un petit jeu : demandez à n’importe quel(le) jeune de moins de 25 ans quel est son rêve.
    S’il ou elle avoue en avoir un et encore y tenir, oui, il s’agit d’un(e) jeune.
    Gloablement, le seul jeune que je connaisse (à part moi bien sûr) est celui du mois de Ramadan.
    Commentaire à ne pas prendre au sérieux SVP

  11. ouchagour says:

    lool Merci yugurta

  12. Jalal says:

    Merci pour votre analyse très réfléchie Ouchagour, c’est la même chose ici aux Etats Unis, la génération Y, X, ou même les baby-boomers ne sont pas des groupes monotones, ils sont dynamiques, multiculturelles et très divers groupes, en terme d’éducation, de race et de classes sociales, certains de ces sub-groupes pourraient partager quelques commonalities, mais c’est difficile de les peindre tous avec le même pinceau.
    Le concept génération M est très attrayant et si bien défini et commercialisé, il peut servir des millions de jeunes Marocains comme un ensemble de valeurs sur lequel il pourraient modeler leur vie et construire leur propre identité.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s